La thébaïde ébahie

info@execho.info12 juillet 2020 - ::

Tenzin Gyatso, quatorzième Dalaï-Lama

Tenzin Gyatso, quatorzième Dalaï-Lama

À la mort du treizième Dalaï-Lama en 1933, la mission chargée de trouver sa réincarnation parcourt le Tibet. Au village de Takster (Tagtsèr), elle fait la rencontre en 1937 de Tenzin Gyatso, qui sera installé en 1940 sur le trône de Lhassa. Outre les études traditionnelles, Tenzin Gyatso se passionne pour la mécanique et la culture occidentale, qu'il découvre grâce à l'amitié de Heinrich Harrer, alpiniste autrichien évadé en 1944 d'un camp indien.

En 1950, l'armée chinoise envahit le Tibet. à quinze ans, le Dalaï-Lama reprend le pouvoir au régent, jugé indécis, et lance en vain un appel aux Nations unies. Il se retire alors à Yatung, près de la frontière indienne, et entame des négociations avec la Chine. L'accord de 1951 promet de respecter le statut politique et la religion du Tibet, mais au prix d'une occupation militaire et d'une annexion à la Chine. Tenzin Gyatso rentre à Lhassa et cherche à établir des relations pacifiques avec la Chine, mais après les émeutes de 1959, il s'enfuit et établit en 1960 son gouvernement en exil à Dharamsala, dans le nord de l'Inde. C'est là qu'il établit en 1963 une constitution démocratique pour le Tibet, qu'il fonde un village pour les orphelins tibétains, un institut de médecine, une bibliothèque, une compagnie d'opéra, et plusieurs monastères.

De nombreux voyages en font l'ambassadeur de l'identité tibétaine : Extrême-Orient, Europe, Union soviétique, États-Unis. Ses livres (dont Une approche humaine pour la paix mondiale, en 1984) et son action conciliatrice avec la Chine (Plan de paix en cinq points, 1987) lui ont valu le prix Nobel de la Paix en 1989.